Identification

Numero CAS

465-73-6

Nom scientifique (FR)

isodrine

Nom scientifique (EN)

NA

Autres dénominations scientifiques (Autre langues)

(1alpha,4alpha,4abeta,5beta,8beta,8abeta)-1,2,3,4,10,10-Hexachloro- 1,4,4a,5,8,8a-hexahydro-1,4:5,8-dimethanonaphthalene ; (1R,4S,5R,8S)-1,2,3,4,10,10-Hexachloro-1,4,4a,5,8,8a-hexahydro-1,4:5,8- dimethanonaphthalene ; 1,2,3,4,10,10-Hexachloro-1,4,4a,5,8,8a-hexahydro-1,4,5,8-endo,endo-dimethanonaphthalene ; 1,2,3,4,10,10-Hexachloro-1,4,4a,5,8,8a-hexahydro-1,4-endo,endo-5,8-dimethanonaphthalene ; 1,4:5,8-Dimethanonaphthalene, 1,2,3,4,10,10-hexachloro-1,4,4a,5,8,8a-hexahydro-, (1 alpha,4 alpha,4a beta,5 beta,8 beta,8a beta)- ; 1,4:5,8-Dimethanonaphthalene, 1,2,3,4,10,10-hexachloro-1,4,4a,5,8,8a-hexahydro-, endo, endo-

Code EC

Code SANDRE

Numéro CIPAC

Formule chimique brute

\(\ce{ C12H8Cl6 }\)

Code InChlKey

QBYJBZPUGVGKQQ-SEIHLVFNSA-N

Code SMILES

C(=C(C(C1(Cl)Cl)(C(C(C=CC23)C2)C34)Cl)Cl)(C14Cl)Cl

Classement transport

Classification CLP

Type de classification

Harmonisée

ATP insertion

CLP00/ATP01

Description de la classification

Classification harmonisée selon réglement 1272/2008 ou CLP

Mentions de danger
Mention du danger - Code H300
Mention du danger - Texte Mortel en cas d'ingestion
Classe(s) de dangers Toxicité aiguë
Libellé UE du danger -
Mention du danger - Code H310
Mention du danger - Texte Mortel par contact cutané
Classe(s) de dangers Toxicité aiguë
Libellé UE du danger -
Mention du danger - Code H330
Mention du danger - Texte Mortel par inhalation
Classe(s) de dangers Toxicité aiguë
Libellé UE du danger -
Limites de concentration spécifique -
Facteur M M=100
Estimation de toxicité aigüe -
Fiche ECHA

Méthodes analytiques

Introduction

Air

Eau

Sol

Autres milieux

Programmes

Généralités

Tableau des paramètres

Tableau des paramètres
Nom de valeur Valeur Température Pression Granulométrie Humidité Norme / Ligne directrice Méthode Commentaire Source
Hydrosolubilité 0.23 mg.L-1 INERIS (2007)
Coefficient de partage octanol/eau (Log Kow) 6.5 - Calcul USETOX (2011)
Ceci est un aperçu

Ce tableau comporte un trop grand nombre d'entrées pour permettre son affichage complet. Pour un affichage complet, utilisez l'une des options ci-dessus.

Matrices

Atmosphère

Milieu eau douce

Milieu eau de mer

Milieu sédiment eau douce

Milieu sédiment marin

Milieu terrestre

Tableau des paramètres
Nom de valeur Valeur Température Pression Granulométrie Humidité Norme / Ligne directrice Méthode Commentaire Source
Coefficient de partage carbone organique/Eau (Koc) 82020 L.kg-1 Calcul US EPA (2011)
Ceci est un aperçu

Ce tableau comporte un trop grand nombre d'entrées pour permettre son affichage complet. Pour un affichage complet, utilisez l'une des options ci-dessus.

Persistance

Biodégradabilité

Dégradabilité abiotique

Atmosphère

Milieu eau douce

Milieu eau de mer

Milieu sédiment eau douce

Milieu sédiment marin

Milieu terrestre

Conclusion sur la persistance

Bioaccumulation

Organismes aquatiques

Organismes terrestres

Organismes sédimentaires

Conclusion sur la bioaccumulation

Introduction

Toxicocinétique

Equivalents biosurveillance

Toxicité aiguë

Toxicité à dose répétées

Effets généraux

Effets cancérigènes

Effets génotoxiques

Effets sur la reproduction

Effets sur le développement

Autres Effets

Valeurs accidentelles

Valeurs seuils de toxicité aigüe françaises

Autres seuils accidentels

Valeurs réglementaires

Valeurs guides

Valeurs de référence

Introduction

Valeurs de l'ANSES et/ou de l'INERIS

Autres valeurs des organismes reconnus

Introduction

Tableaux de synthèse

Généralités

Généralités
Réglementations

FTE 2005 Importer

  • Classification toxicologique

T+ – N -R26/27/28 –R50/53 (d'après le site internet Sigma Aldrich ; e pesticide manual, 2004).

  • Conseils de prudence
  • S13– S28 -S45 -S60 -S61 (d'après le site internet Sigma Aaldrich ).

La production, l'utilisation, les rejets d'isodrine sont réglementés par différents textes. Parmi ceux ci, les suivants nous sont apparus comme les plus significatifs.

  • Textes à portée nationale

L'Arrêté du 2 février 1998 relatif aux prélèvements et à la consommation d'eau ainsi qu'aux émissions de toute nature des installations classées pour la protection de l'environnement soumises à autorisation indique des valeurs limites de rejets en concentration et en flux spécifique pour certaines substances. Ces valeurs s'appliquent aux installations classées produisant de l'aldrine et/ou de la dieldrine et/ou de l'endrine, y compris la formulation de ces substances sur le même site. Ces limites correspondent, en concentration, à 0,002 mg.L 1 et en flux spécifique à 3 g.t 1 de capacité de production totale. L'isodrine est concernée par ce texte car les normes d'émission ci avant indiquées sont applicables à la somme des rejets d'aldrine, de dieldrine, d'endrine et d'isodrine.

L'Arrêté du 20 avril 2005 pris en application du décret du 20 avril 2005 relatif au programme national d'action contre la pollution des milieux aquatiques par certaines substances dangereuses (JO du 23 avril 2005) précise les normes de qualité des eaux prises en application du décret du 20 avril 20052 (cf. tableau 1.2).

Tableau 1.2. Normes de qualité des eaux (selon l'arrêté du 20 avril 2005).

Ces valeurs sont reprises par la circulaire 2007/23 DE / MAGE / BLPDI du 7 mai 2007 de la Direction de l'eau et de la Direction de la prévention des pollutions et des risques indique des normes de qualité environnementale provisoires (NQEp) pour juger de l'état chimique des masses d'eau vis à vis de l'isodrine (cf. Tableau 1.3).

Tableau 1.3. Normes de qualité environnementale provisoires (NQEp) pour l'isodrine (en 8g.L 1).

[2] Décret n° 2005-378 du 20 avril 2005 relatif au programme national d'action contre la pollution des milieux aquatiques par certaines substances dangereuses (JO du 23 avril 2005).

  • Texte à portée européenne

La Directive 76/464/CEE du 4 mai 1976 relative à la pollution causée par certaines substances dangereuses rejetées dans l'environnement aquatique concerne l'isodrine (substance listée en liste I de cette directive). A travers différentes actions réglementaires, ce texte incite les Etats membres à prendre les mesures appropriées pour éliminer la pollution des eaux (eaux intérieures de surface, eaux de mer territoriales, eaux intérieures du littoral et eaux souterraines) par certaines substances dangereuses.

En France, le décret 2001 1220 du 20 décembre 2001 fixe les dispositions réglementaires en matière d'eau potable, en application de la directive européenne 98/83/CE. Pour les pesticides dans l'eau destinée à la distribution (eau du au robinet), les limites de qualité sont fixées à :

  • 0,10 Lg.L 1 pour l'isodrine ;
  • 0,50 Lg.L 1 pour le total des substances mesurées.
  • Autre texte

L'isodrine fait partie de la liste OSPAR3 des produits chimiques devant faire l objet de mesures prioritaires (OSPAR, 2003).

Classification CLP Voir la classification CLP

Volume de production

Volume de production

Consommation

Consommation

Présence dans l'environnement

Présence dans l'environnement

Réduction des émissions et substitutions

Réduction des émissions et substitutions

Production et utilisation

Production et ventes

Données économiques

FTE 2005 Importer

Selon les monographies du CD rom AIDA (INERIS, 2006), l'isodrine est produite par condensation de cyclopentadiène avec le 1,2,3,4,7,7 hexachlorobicyclo [2,2,1] heptadiène 2,5.

[3] Commission OSPAR pour la protection du milieu marin de l'Atlantique du Nord-Est.

Selon OSPAR (2003), cette substance n'est pas produite dans les pays faisant partie de la commission OSPAR (Pays de l'Union Européenne, l'Islande, la Norvège et la Suisse).

Par ailleurs, au cours de la rédaction de cette fiche, il n'a pas été possible d'identifier d'éventuels producteurs ou vendeurs d'isodrine.

Selon nos informations, il n'y a pas d'usage de cette substance en France : il n'a donc pas été possible de recueillir des éléments probants quant aux aspects économiques de l'interdiction de cette substance.

Utilisations

Introduction

FTE 2005 Importer

Selon le site internet de l'OIT (Organisation Internationale du Travail), au niveau international, l'isodrine est considérée comme obsolète ou ayant cessé d'être utilisé comme pesticide.

Selon la SAFEGE (2000), cette substance n'est pas utilisée par les Etats membres de la Communauté Européenne.

Selon OSPAR (2003), cette substance n'est pas utilisée par les pays signataires faisant partie de la commission.

Selon nos informations, en France, cette substance ne possède pas et n'a jamais possédé d'autorisation de mise sur le marché en tant que produit phytosanitaire.

De plus, le seul usage connu de cette substance consiste en un rôle d'intermédiaire réactionnel dans la synthèse d'autres pesticides organochlorés également interdits à ce jour (OSPAR, 2003).

Ainsi, bien que l'on ne puisse pas écarter la possibilité de rejets passés liés à l'utilisation d'isodrine sur le territoire national, à ce jour, aucune utilisation de cette substance n'a été identifiée dans le cadre de la rédaction de cette fiche.

Rejets dans l’environnement

Rejets dans l'environnement

FTE 2005 Importer

Pour cette substance aucune source naturelle n'a été identifiée. De plus, aucun usage n'ayant été identifié, aucun rejet anthropique n'est à attendre.

Aucune information disponible du fait de l'absence d'usage industriel de cette substance en France (cf. §2.2).

Aucune information disponible du fait de l'absence d'usage lié à l'utilisation de produits contenant cette substance en France (cf. §2.2).

Pollutions historiques et accidentelles

FTE 2005 Importer

De l'isodrine peut être présente en impureté dans d'autres pesticides organochlorés tels que l'endrine. Néanmoins, tous les usages de l'endrine sont interdits en France et aucune production à l'échelle nationale n'a été mise en évidence dans la fiche de données technico économique dédiée à cette substance (INERIS, 2007). La production d'endrine ne semble donc pas être un mode de production à prendre en compte en tant que source de production accidentelle d'isodrine.

Aucun usage historique de l'isodrine n'a été rapporté pour la France. Néanmoins, des traces de cette substance peuvent être présentes dans l'environnement suite à l'usage d'endrine en tant qu'insecticide au début des années 90.

Le tableau 3.1. présente donc les propriétés de l'isodrine vis à vis de différents phénomènes de dissipation.

Tableau 3.1. Quantification des principaux phénomènes de dissipation de l'isodrine dans l'environnement (d'après PIC, 2004).

Présence environnementale

Synthèse

FTE 2005 Importer

  • Isodrine dans les sols

    Peu de données sont disponibles quant au comportement de l'isodrine dans les sols. Selon PIC (2004) cette substance peut subir une oxydation microbienne en endrine. Elle est de modérément mobile à immobile. Le temps de demi vie moyen est de 180 jours mais le temps de demi vie maximal observé était de 6 ans.

  • Isodrine dans le compartiment aérien

    Peu de données sont disponibles quant au comportement de l'isodrine dans le compartiment aérien. Selon PIC (2004) libérée dans l'air, cette substance devrait, en grande partie, être adsorbée sur les particules en suspension.

  • Isodrine dans les eaux

Peu de données sont disponibles quant au comportement de l'isodrine dans le compartiment aquatique. Cette substance est quasiment insoluble (site internet GTZ). Néanmoins, selon PIC (2004) libérée dans l'eau, elle peut se bio concentrer, s'adsorber sur les particules en suspension et les sédiments, se volatiliser ou subir une transformation très lente en endrine.

Dans le cadre de la rédaction de cette fiche, aucune information quant aux concentrations dans les eaux de surface et souterraine en isodrine n'a pu être obtenue.

A titre d'exemple, le Ministère de la Santé et des solidarités (2005) indique que, entre 2001 et 2003, sur près de 700 analyses des eaux mises en distribution (eau du robinet), 522 échantillons n'ont pas permis d'identifier de l'isodrine et 131 en contenaient à une concentration compatible avec la potabilité de l'eau (c'est à dire à une teneur inférieure à 0,1 Kg.L 1).

Ces informations tendent à prouver que l'isodrine n'est pas un polluant majeur des eaux françaises mais qu'il est toutefois présent dans les eaux.

PIC (2004) et OSPAR (2003) précisent également que bien que non réglementé en tant que POP, l'isodrine a des propriétés de toxicité, de persistance et de tendance à la bio accumulation semblables à celles qui caractérisent les POP (polluant organique persistant)4 .

Perspectives de réduction

Réduction des rejets

Alternatives aux usages

Conclusion

FTE 2005 Importer

Trop peu de données sont disponibles pour statuer sur l'importance d'une éventuelle contamination des eaux françaises par de l'isodrine. Ce manque d'information est probablement une conséquence directe de l'absence d'usage de cette substance à l'échelle européenne.

[4] Le terme POP recouvre un ensemble de substances organiques qui sont : persistantes dans l'environnement, bioaccumulables, toxiques et mobiles sur de grandes distances.

Néanmoins, en France, plus de 20 % des eaux mises en distribution entre 2001 et 2003 en contenaient (à une concentration inférieure aux normes de potabilité). La présence de substance dans les eaux françaises est donc avérée. On peut supposer que cette présence est liée, au moins en partie, à la production ou l'utilisation passées d'endrine qui contient de l'isodrine en tant qu'impureté.

Face à l'absence d'usage au niveau européen de l'isodrine, aucune mesure ne saurait être envisagée afin de hâter la disparition de cette substance de l'environnement français.

Introduction

Documents

PDF
465-73-6 -- ISODRINE -- FTE
Publié le 18/06/2007